Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PROPOSITION DE LOI PORTANT STATUT DES CHEFFERIES TRADITIONNELLES EN REPUBLIQUE DU BENIN

Enfin un débat culturel en instance !

( l’initiative est bien accueillie mais beaucoup d’attentes à combler)

L’Assemblée Nationale a ouvert sa deuxième session ordinaire au titre de l’année 2013.Au nombre des nombreux points inscrits à l’ordre du jour, plus d’une quarantaine, les citoyens qui s’intéressent aux questions de nature culturelle peuvent déjà constater que les élus du peuple projettent débattre de certains sujets culturels au cours de cette session. Même si cela n’interviendra pas réellement à cause de la priorité qui sera donnée aux questions d’ordre économique et autres politiques, il faut quand même se frotter les mains qu’une proposition de loi portant statut des chefferies traditionnelles en République du Bénin est cachée quelque part dans les sujets à débattre.

Restaurer l'image de la chefferie traditionnelle

Les questions culturelles au parlement ! Cela n’arrive pas très souvent et pourtant il y a beaucoup à dire aussi dans ce domaine. Toujours proposée mais jamais débattue, la proposition de loi portant statut des chefferies traditionnelles en République du Bénin revient encore au cœur de la liste des sujets d’intérêt général à débattre à l’Assemblée Nationale par les députés. Cachée quelque part au point 25 de la liste des sujets, il est clair que les honorables n’auront même pas le temps d’en discuter avant la fin de la session dans un contexte ou budget, révision de la constitution, lépi et autres élections communales retiennent leurs attentions mais c’est déjà bien que cela est retenu. Dans le fond, la question des chefferies traditionnelles n’est pas moins prioritaire dans la mesure où cela touche à l’identité culturelle d’un pays comme le Bénin où les peuples restent toujours attacher à certaines valeurs traditionnelles malgré l’impact non négligeable des cultures importées. Dans le même temps, ce n’est un secret pour personne que de plus en plus nombre de nos valeurs traditionnelles subissent de profond coup à tel enseigne que certains pans de nos cultures sont simplement banalisés et risquent à la longue de ne plus être considérés comme une valeur culturelle. C’est dans ce sens que le simple fait de vouloir discuter du statut des chefferies traditionnelles dans notre pays au parlement est un pas pour engager la réflexion de la revalorisation de nos cultures. Qui de nos jours au Bénin peut être considérer comme un chef traditionnel ? Comment devient-on un chef traditionnel ? Qui décide de qui est chef traditionnel ? Quel est son rôle dans sa communauté ? Quel est son apport pour la sauvegarde du patrimoine culturel béninois ? Comment doit-il administrer en tant que chef traditionnel ? Autant de questions qui manquent véritablement de bonnes réponses de nos jours lorsqu’on s’attarde simplement à observer comment les rois par exemple sont intronisés dans notre pays. Comment sommes-nous arrivé à avoir presque dans chaque commune du Bénin un roi ? Comment sommes-nous arrivé à connaitre des contestations de trône sur certains territoires ? Comment sommes-nous arrivé à avoir plusieurs rois à la tête d’un même peuple ? Comment sommes-nous arrivé à la banalisation des rois dans nos communautés ? Comment sommes- nous arrivé au fait que les rois n’exercent vraiment aucun pouvoir de décision dans leurs communautés ? Comment sommes-nous arrivé à la création de royaume fictif sans fondement historique ni culturel ? Comment… ?Comment…. ?Comment … ? La royauté dans le Bénin d’aujourd’hui est une question culturelle cruciale qui mérite d’être débattue pour sa restauration. La réflexion dans se sens doit sortir du simple cadre de l’Assemblée Nationale pour impliquer toutes les personnes ressources capables de contribuer à la restauration et la revalorisation de cette forme de chefferie traditionnelle. La proposition de loi si elle venait un jour à être votée devra permettre de recadrer nombre d’anomalies dans ce qui est considérer de nos jours comme chefferie traditionnelle dans notre pays.

Belle initiative mais...

A priori une proposition de loi portant statut des chefferies traditionnelles en République du Bénin est une bonne initiative de la part des élus du peuple qui ont pensé qu’il est utile d’encadrer l’exercice de la chefferie traditionnelle par un instrument juridique. En tout cas c’est l’avis de quelques rois qui en entendant de voir le contenu du texte de cette proposition de loi et la manière dont le débat sera conduit au parlement ne rejettent pas le projet même s’ils sont réservés quant à la finalité de cet instrument juridique. « Nos impressions ne peuvent pas être négatives d’autant plus qu’un outil qui veut régir la chefferie traditionnelle ne peut qu’être bienvenu mais seulement il faudrait pas qu’on y mêle la politique sinon cela n’aura plus sa valeur …il faudrait qu’on retourne d’abord vers les maires des communes, les préfets ensuite, le ministère de l’intérieur pour pouvoir faire connaitre dans chaque commune, dans chaque contrée les rois qui y sont… » a laissé entendre Sa Majesté Oba Onikoyi Abessan, roi des yoruba de Porto-Novo qui ne manque pas non plus de faire remarquer « qu’on n’est pas roi d’une ville, d’un département .On est roi d’un peuple et le peuple peut s’étendre sur plusieurs kilomètres et dépassé ce qu’on appelle aujourd’hui une commune ou un département mais ce peuple à son cordon ombilical quelque part et lorsqu’on parle de relation entre peuples, on ne considère pas les découpages de territoire».Sa Majesté Gbèzé Agnontinmin Tofa 9 quant à lui pense que « pour le commun des rois, c’est une bonne chose puisqu’une grande classe de cette importance sans un texte qui la régit est une mauvaise chose dans une république. Depuis la nuit des temps nous végétons dans notre tradition, la modernité est arrivée, les lois sont là, nous sommes sous les lois universelles mais ces lois universelles ne nous confèrent rien d’important. Avec cette loi les choses seront rangées autrement ». Sa Majesté Zounon Gbèwèdo Tognon, roi de la nuit de Porto-Novo continu en disant « on a assisté ces dernières années à un désordre au niveau des chefferies .Un désordre total au niveau de la royauté ! C’est parce que quand il n’y a pas de loi, quand on ne puni pas, c’est la liberté et on se permet tout. Une loi sera donc la bienvenue pour mettre fin au désordre existant mais la tâche sera rude pour freiner cette pagaille. Toutefois quand on pense corriger une anomalie il vaut mieux décider un jour que jamais ».Les attentes d’une telle loi sont nombreuses dans le rang de ceux là qui sont considérés aujourd’hui à tord ou à raison comme chef traditionnel. Pour Sa Majesté Gbèzé Agnontinmin Tofa 9, un roi à la tête du peuple gun de Porto-Novo tout comme Sa Majesté Kpotozounmè Hakpon 3, il faudrait que cette loi définisse définitivement le comportement et les attributs des rois car expose t-il « dans les autres pays tels que le Nigeria ou le Ghana, les rois sont tellement considérés, les rois sont à leur place, les rois ont des attributs vis-à-vis de leurs gouvernements et de leurs peuples mais ici au Bénin, aucune considération !» En entendant que le sujet ne vienne au cœur des débats au parlement, les chefs traditionnels se font déjà une opinion sur la question.

Tag(s) : #loi; tradition; assemblée nationale; roi
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :