Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Comment une équipe qui incarne la désunion peut-elle réunifier le football béninois ?

Phillipe Houndégnon, le démissionnaire du Conor
Phillipe Houndégnon, le démissionnaire du Conor

Le Comité de normalisation du football au Bénin (Conor) installé par la Fifa pour résoudre la crise née du retrait d’agrément à la Fédération béninoise de football (FBF) s’émiette petit à petit. C’est ce qu’on tente de conclure vu les difficultés et les discordes au sein de l’équipe. Il y quelques semaines, les hommes de ce comité représentaient l’espoir pour le football béninois. Aujourd’hui, ils représentent le désespoir.

Depuis son installation, ce comité est resté l’ombre de lui-même avec des querelles de camp qui mettent à mal la cohésion d’un groupe ayant pourtant une mission bien définie. Hélas ! Le problème demeure entier et de plus l’équipe s’éclate. Le dernier évènement, c’est la démission de l’Inspecteur général de brigade Louis Phillipe Houndégnon, membre de ce comité au poste de vice président. Dans une correspondance en date du 21 décembre 2015 adressée à la Fifa, Phillipe Houndégnon a indiqué son retrait de l’équipe du Conor.

Venant d’un homme de sa carrure, on peut imaginer que le mal a pris des allures inquiétantes. Dans la version de description de l’environnement dans lequel se trouve le général, le Conor est loin de faire l’affaire du football béninois.

Selon la lettre de Houndégnon, le président avec le soutien de trois autres se réclamant proche d’un camp ne cesse de poser des actes qu’il trouve préjudiciables à la réunification du football. En exemples :

  • Le limogeage du secrétaire général de la FBF avec point de presse à l’appui sans qu’il ne soit informé en tant que vice président
  • La nomination de Maruis Dadjo comme secrétaire général intérimaire en violation des statuts de la FBF
  • L’auto attribution de trois postes sur les six créés dans le cadre de la restructuration du comité (sponsoring et marketing, équipe nationale, porte-parole de la FBF)
  • Exclusion d’autres membres du Conor qui ne lui sont pas favorables

Avec la démission de Houndégnon, le comité de normalisation est actuellement réduit à quelques quatre membres. Au départ, il fallait cinq. La Fifa a jugé utile de désigner sept membres au regard de la supposée qualité des personnalités identifiées pour gérer la crise du football.

Voilà que le comité en lui-même est l’incarnation de la désunion. Comment peut-il réunir les acteurs du football et redonner espoir à cette discipline au Bénin ?

Tag(s) : #Comité de normalisation, #Football, #Bénin
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :