Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A l’ère de la diffusion numérique au Bénin, la pratique du journalisme prendra un coup. Les rédactions doivent apporter l’information aux milliers de consommateurs en quête de nouveauté et massivement présents sur la toile. Les journalistes seront soumis aux exigences du web qui va s’intégrer dans leur quotidien. La maîtrise des outils de publication sur le web deviendra une compétence nécessaire pour s’adapter aux exigences de cette révolution.

Google images

Google images

Qu’implique le passage de l’analogique au numérique dans la vie du journaliste béninois? Comment doit-il s’adapter au web qui sera un outil indispensable dans la pratique du journalisme ? Ces préoccupations animent de plus en plus les cercles de discussion des hommes de la presse béninoise. Ils s’interrogent sur l’avenir de leur métier à l’ère du numérique amorcé à petit coup au Bénin.

Apportant une approche de réponse à ces préoccupations lors d’une discussion avec des journalistes, le consultant média, Soulé Issiaka, directeur de la radio école Apm indique que « …le journaliste de demain est celui qui est capable de fournir l’information en un temps record en texte, son, image, vidéo à un public qui n’a plus le temps de s’asseoir pour lire un journal, écouter la radio ou regarder la télévision sur place ».

Cette réponse du consultant lève un coin de voile sur le genre de consommateur que le journaliste doit satisfaire. Pour un aperçu, le consommateur de l’information de nos jours passe sa journée à écouter la radio sur son téléphone, se connecte aux journaux en ligne pour s’informer, ou regarde ses clips préférés à partir du web sans s’asseoir devant la télévision familiale. Ceci démontre que l’Internet est omniprésent dans la vie des consommateurs de l’information et le sera davantage dans la vie des rédactions bientôt.

Jeune lisant une information sur son mobile.Photo Google Image

Jeune lisant une information sur son mobile.Photo Google Image

La présence permanente sur le web devient ainsi une exigence à laquelle les médias traditionnels doivent répondre pour mieux impacter leurs publics. Un quotidien, une radio ou une télévision qui ne diffuse pas son contenu sur le web devra compter avec la concurrence à la limite sans pitié des journaux en ligne, web radio et webTV qui touchent directement les internautes par des canaux numériques dont les téléphones mobiles en sont un exemple.

Comment s’adapter aux contraintes du web?

Soulémane Ashanti, précédemment en service à la télévision Bénin Business 24 (BB 24) et actuellement Vice président à la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Hacc) pense que « Si nous sommes obligés d’être embarqué dans cette ère du numérique, c’est comment nous devons nous comporter pour être présent sur le marché de l’information qui va assurer un certain avenir à la presse béninoise».

Pour lui l’adaptation est nécessaire. D’autant plus que les journalistes ont déjà des pré-requis pour la presse traditionnelle, « pour s’adapter il faut se former ».

La formation pour répondre aux exigences du web

« Comment se réclamer qu’on est journaliste si l’information va plus vite sur le web ? » s’interroge Christian de Souza, le secrétaire permanent de la Commission nationale de migration de l’analogie au numérique (Cnman). Il explique que « la migration au numérique fera tomber toutes les frontières et sera un monde sans pitié ». La formation constitue un besoin essentiel pour les acteurs de la presse qui dans ce cadre doivent apprendre à manipuler les outils multimédias.

Au Bénin, le ministère de la communication a fait le premier pas en organisant une formation à l’intention de 120 professionnels des médias sur la problématique du numérique. Depuis le 13 mai 2015, des professeurs du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti) renforcent les capacités des journalistes de la presse publique comme privée sur divers modules impliquant les outils de diffusion sur le web.

L’un des participants, Martin Ahihonnou, directeur de publication du journal Echos de la vallée soutient qu’avec le numérique qu’il s’inscrit dans la modernité en se familiarisant avec le web comme un outil de développement.

Avec les progrès technologiques, les journalistes doivent s’adapter à leurs consommateurs en apportant l’information là où ils sont le plus présent. Pour les avoir, les rédactions devront donc s’ouvrir au monde du web pour survivre.

Tag(s) : #Bénin, #numérique, #presse, #web, #journaliste
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :